Peur • Fear

4 Février 2015 - February 4

Quand les émotions nous submergent, quand nos larmes deviennent lourdes, quand notre sang devient iceberg, quand notre cœur se glace, quand notre estomac se noue, quand nos rêves trépassent, quand notre esprit hurle, quand notre âme secoue... Je ne sais pas tellement pourquoi je pleure, ni pourquoi mon seul désir est de ne plus rien pouvoir ressentir. Je ne sais pas réellement pourquoi j'ai peur, ni pourquoi mes pensées en moi se déchirent. Mais cette peur est un poison qui m'habite, qui me hante, me dévore. Cette horreur est un fardeau qui m'irrite, me traverse, me mène doucement vers la mort. La véritable existence est là, juste là devant moi, et je n'arrive pas à l'atteindre alors que mon cerveau explose. Le vent m'est une tempête, l'eau m'est un tsunami, l'orage m'est une foudre, la flamme m'est un incendie, le nuage m'est un brouillard, l'amour m'est une fin, la vie m'est un mélange chaotique de toutes ces choses.

Je ne sais pas qui je suis et pourquoi je le suis, je ne sais pas où je suis et encore moins pourquoi j'y suis. Je ne sais pas non plus où je dois aller, ni pourquoi je dois y aller. Je ne sais pas ce qu'est la vie, mais je dois la vivre. Tout ce que je sais aujourd'hui, c'est que peu importe qui je suis, je ne suis pas ce que je devrais être. Je devrais être heureuse, je devrais me sentir en sécurité, je devrais avoir confiance en l'avenir et savoir où aller. Je ne devrais pas me sentir si seule, je ne devrais pas me haïr, je ne devrais pas avoir peur. Je passe à côté de tellement de choses, de tellement d'occasions... Je rate des larmes, des sourires, des projets, des envies ; je rate l'amour. Je rate ma vie elle même. Paralysée, tétanisée, horrifiée, pétrifiée. Voilà ce qui me définie en réalité. Mon reflet dans le miroir m'effraie, je n'arrive pas à l'accepter. Oui, ce poison qui est en moi y est ancré ; je m'éreinte le plus fort possible pour en venir à bout mais je suis fatiguée... Je n'y arrive pas, pourtant je désire tant y parvenir. La lutte avec moi même m'épuise, et je n'ai personne sur qui me reposer qui saurait tout cela de moi. Si ma seule solution est l'exil, sans doute devrais-je m'y résoudre. Je ne suis pas prête pour l'existence. Peut-être le serai-je dans ma prochaine vie si j'en ai une. J'ai honte, j'ai mal, j'en pleure, j'en crève. J'ai peur de la vie et de la mort, j'ai peur du jour et de la nuit, j'ai peur de l'amour et de la haine, j'ai peur des autres...

 Et j'ai peur de moi.


 
When our emotions overwhelm us, when our tears become heavy, when our blood becomes an iceberg, when our heart is frozen, when our stomach is knotted, when our dreams die, when our mind screams, when our soul shakes... I do not know Not so much why I cry, nor why my only desire is to no longer feel anything. I do not really know why I'm scared, nor why my thoughts in me tear. But this fear is a poison that inhabits me, which haunts me, devours me. This horror is a burden that irritates me, crosses me, leads me gently towards death. True existence is there, right there in front of me, and I can not reach it while my brain explodes. The wind is a storm, the water is a tsunami, the storm is a thunderbolt, the flame is a fire to me, the cloud is a fog, love is an end for me, life is a chaotic mixture of all these things. 

I do not know who I am and why I am, I do not know where I am and even less why I am there. I do not know where I should go or why I should go. I do not know what life is, but I have to live it. All I know today is that no matter who I am, I am not what I should be. I should be happy, I should feel safe, I should have confidence in the future and know where to go. I should not feel so alone, I should not hate myself, I should not be afraid. I miss so many things, so many opportunities... I miss tears, smiles, projects, desires ; I miss love. I miss my life. Paralyzed, tetanized, horrified, petrified. That is what defines me in reality. My reflection in the mirror frightens me, I can not accept it. Yes, this poison in me is anchored in it ; I strain as hard as I can to get through it, but I'm tired... I can not do it, yet I want to do it. The struggle with me exhausts me, and I have no one to rest on who would know all this from me. If my only solution is exile, I should probably do it. I am not ready for existence. Maybe it will be in my next life if I have one. I'm ashamed, I hurt, I cry, I'm dying. I'm afraid of life and death, I'm afraid of the day and night, I'm afraid of love and hate, I'm afraid of others...

And I'm afraid of myself.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Sentez-vous libre de me laisser un commentaire. Ou votre numéro de carte bleue.